Cindy

VOICI MES CONSEILS POUR VOUS AIDER À COMPRENDRE :

  • Évitez de faire des suppositions au sujet de l’Alzheimer ou des personnes qui en sont atteintes. Posez des questions sur l’expérience de la personne. Demandez-lui si elle a besoin d’aide. Si elle dit « Oui », demandez-lui comment vous pouvez l’aider.
  • Souvenez-vous qu’on ne sait pas vraiment ce qui se passe à l’intérieur d’une personne vivant avec l’Alzheimer. Des recherches indiquent qu’elles pourraient être plus sensibles qu’il n’y paraît.
  • Faites de votre mieux pour inclure une personne vivant avec l’Alzheimer dans vos conversations, vos plans et vos activités.
  • Prenez des mesures pour vivre une vie saine et équilibrée. Mangez bien, dormez suffisamment et faites régulièrement de l’exercice. Si vous vous occupez d’une personne vivant avec l’Alzheimer, ces mesures sont encore plus importantes.
  • Faites rapidement les choses que vous souhaitez faire.

J’ai reçu mon diagnostic quand j’avais 61 ans. J’adore cuisiner et tricoter. Je m’appelle Cindy.

Voici mon expérience. Ma mère est décédée il y a un an après avoir vécu avec des troubles cognitifs graves et après avoir été incapable de parler pendant 6 ans. J’étais son aidante. J’ai commencé à m’inquiéter de la santé de mon propre cerveau il y a environ 3 ans et j’ai reçu un diagnostic de troubles cognitifs à début précoce à 61 ans. J’ai des problèmes de mémoire, mais ce n’est pas l’aspect le plus important de la maladie. Je sais de moins en moins me situer « dans le temps et l’espace »… et cela s’aggrave.

J’adore cuisiner et tricoter, mais j’ai des difficultés à suivre les recettes et les modèles. Ce matin, par exemple, j’ai dû jeter un plat complet de biscuits sablés. J’ai de la difficulté à planifier et respecter mes plans. Je suis désorientée, même dans les endroits qui me sont familiers. Je tombe environ tous les deux mois et j’ai parfois des difficultés à reconnaître les objets de tous les jours. Toute ma vie, j’ai toujours aimé la lecture, mais il est dorénavant rare que je termine un livre.

J’ai travaillé dans le domaine des droits humains pendant plus de 30 ans et j’ai arrêté de travailler le jour où j’ai reçu mon diagnostic. J’ai eu de la difficulté à gérer ma charge de travail pendant plusieurs années. J’ai arrêté de conduire et j’ai renoncé à la voiture il y a environ deux semaines de cela.

On dirait que ma vie se rétrécit et que ma personne diminue. Mais, j’ai la chance d’être entourée de personnes qui m’aiment et me soutiennent : mon partenaire, ma famille et mes amis m’aident à trouver des moyens de m’épanouir. J’évite de faire des suppositions au sujet de l’Alzheimer et accueille chaque jour et chaque moment comme ils se présentent.

VOICI MES CONSEILS POUR VOUS AIDER À COMPRENDRE :

  • Évitez de faire des suppositions au sujet de l’Alzheimer ou des personnes qui en sont atteintes. Posez des questions sur l’expérience de la personne. Demandez-lui si elle a besoin d’aide. Si elle dit « Oui », demandez-lui comment vous pouvez l’aider.
  • Souvenez-vous qu’on ne sait pas vraiment ce qui se passe à l’intérieur d’une personne vivant avec l’Alzheimer. Des recherches indiquent qu’elles pourraient être plus sensibles qu’il n’y paraît.
  • Faites de votre mieux pour inclure une personne vivant avec l’Alzheimer dans vos conversations, vos plans et vos activités.
  • Prenez des mesures pour vivre une vie saine et équilibrée. Mangez bien, dormez suffisamment et faites régulièrement de l’exercice. Si vous vous occupez d’une personne vivant avec l’Alzheimer, ces mesures sont encore plus importantes.
  • Faites rapidement les choses que vous souhaitez faire.
Découvrez plus d'histoires
Accessibility