Gavin

VOICI MES CONSEILS POUR VOUS AIDER À COMPRENDRE :

  • Assurez-vous de prendre soin de vous. Je reçois du counseling de différentes personnes et je participe à un groupe de soutien. Je le fais même si ma famille, mes amis et ma communauté me soutiennent beaucoup.
  • Ne prévoyez pas aller dans un foyer de soins à la dernière minute. Vous serez impactés tous les deux si vous vous y prenez à la dernière minute.
  • Écoutez la personne dont vous vous occupez; acceptez et soyez patient. Si elle pose une question encore et encore, souvenez-vous que pour elle, c’est la première fois qu’elle la pose.
  • Dites aux gens que vous ne prenez pas personnellement les interactions déroutantes. En tant qu’aidant, vous pouvez expliquer les choses, et si le visiteur souhaite en savoir davantage, vous pouvez entamer la discussion.
  • Prenez la défense de la personne. Parfois, cela peut-être fatigant et frustrant, mais sinon qui d’autre s’en chargera?

Durant toute notre vie de mariage, ma femme, Beverly, et moi avions un mantra : « Vivre. Rire. Aimer. » Même si Beverly est aujourd’hui atteinte d’une maladie cognitive, nous vivons encore pleinement ce mantra.

Beverly était encore professeure en deuxième année lorsqu’elle a remarqué que quelque chose n’allait pas. En emmenant sa classe de jeunes de 7 ans à la gym, elle oubliait où elle allait. Mais elle était intelligente et trouvait toujours un moyen de retomber sur ses pieds. Elle disait « Qui écoutait? Qui sait où nous allons? »

C’était en 2005. Nous sommes allés voir le médecin et on lui a annoncé qu’elle avait un déficit cognitif léger. Quand elle a quitté l’école au beau milieu de l’année, j’espérais que son état se stabiliserait. Mais à mesure que passaient les années, les symptômes continuaient de se développer : elle répétait sans cesse ses questions, était désorientée et se sentait triste, en colère et frustrée.

En janvier 2017, le membre de l’équipe de santé gériatrique a finalement prononcé le mot « Alzheimer ». Au départ, je n’acceptais pas et je n’en ai parlé qu’à nos enfants adultes. Mais, lorsque Beverly est allée dans un foyer de soins en janvier dernier, j’ai commencé à m’ouvrir à mes amis. J’ai trouvé que c’était utile, car beaucoup de personnes connaissent d’autres personnes elles-mêmes atteintes de la maladie d’Alzheimer; c’est pourquoi j’ai eu beaucoup de soutien indirect!

À mesure de la progression de la maladie de Beverly, nous avons vécu une tragédie familiale : notre fille cadette, Krista, a succombé à un cancer alors qu’elle n’avait que 35 ans. Beverly demandait toujours « Où est Krista? » Finalement, j’ai fait faire une bague sur laquelle était gravé le nom de Krista, et Beverly l’embrassait. Maintenant, on dirait qu’elle ne sait même plus ce que signifie la bague.

C’est douloureux pour mon fils, ma fille et moi. Je sais qu’avec Beverly nous avons réalisé beaucoup de choses et ça signifie beaucoup pour moi d’être son aidant. J’avais l’habitude de penser que je ne faisais pas un bon travail. Elle disait « Répare-moi, Gavin! » J’ai appris que, bien que je ne puisse pas la « réparer », je peux faire du mieux que je peux pour elle. Prendre soin d’elle n’est pas seulement quelque chose que je dois faire… c’est quelque chose que je veux faire.

Beverly était une personne positive; elle attirait les gens. Elle leur disait « vous êtes beaux! » Récemment, c’est ce qu’elle m’a dit. Je suis heureux d’être beau à ses yeux!

Des moments comme celui-ci me montrent qu’on peut encore vivre, rire et aimer.

VOICI MES CONSEILS POUR VOUS AIDER À COMPRENDRE :

  • Assurez-vous de prendre soin de vous. Je reçois du counseling de différentes personnes et je participe à un groupe de soutien. Je le fais même si ma famille, mes amis et ma communauté me soutiennent beaucoup.
  • Ne prévoyez pas aller dans un foyer de soins à la dernière minute. Vous serez impactés tous les deux si vous vous y prenez à la dernière minute.
  • Écoutez la personne dont vous vous occupez; acceptez et soyez patient. Si elle pose une question encore et encore, souvenez-vous que pour elle, c’est la première fois qu’elle la pose.
  • Dites aux gens que vous ne prenez pas personnellement les interactions déroutantes. En tant qu’aidant, vous pouvez expliquer les choses, et si le visiteur souhaite en savoir davantage, vous pouvez entamer la discussion.
  • Prenez la défense de la personne. Parfois, cela peut-être fatigant et frustrant, mais sinon qui d’autre s’en chargera?
Découvrez plus d'histoires
Accessibility