Howie

J’ai reçu le diagnostic de la maladie d’Alzheimer il y a environ deux ans.

C’était inattendu, mais ma mémoire avait déjà commencé à faire des conneries. Curieusement, je résolvais beaucoup de grilles de mots croisés. Les gens me disaient alors que c’était bon pour le cerveau, et que ça allait me protéger contre l’Alzheimer. Vous savez quoi? Les mots croisés n’ont rien fait de cela!

J’ai toujours dit que j’avais judicieusement choisi ma vocation. En tant qu’enseignant, mon métier m’a toujours permis de m’exprimer ; ce qui est, en sorte, une thérapie pour moi. Je participe maintenant au programme d’art-thérapie à la Société Alzheimer de Montréal. Lorsque j’y vais, ma meilleure thérapie… c’est lorsque je fais rire les gens et que j’entretiens une conversation avec eux. Le café pourrait y être moins dégueu, mais je m’y fais parce que le temps que je passe à la Société Alzheimer me procure un sentiment de bien-être.

Dernièrement, j’ai passé un examen de conduite. Je l’ai réussi, et j’en suis fier! Cela prouve que la maladie d’Alzheimer ne m’a pas tout enlevé.

Je vis actuellement seul. Je prends une bière de temps à autre, et je rends visite à mes amis. Ma mémoire pourrait être pire, mais ma vie ne l’est pas.

Je ne vous mentirai pas; c’est frustrant et je me sens quelque peu nerveux. Toutefois, si j’ai de la chance, il me reste encore quatre ou cinq années d’autonomie… Je suis encore là!

Découvrez plus d’histoires

Accessibility
Accessibility